POURQUOI « ESPERIT CATALÀ » ?

Je crois que la meilleure façon de vous l’expliquer, c’est de reprendre l’article que j’avais écrit pour un ami qui éditait une revue sur notre belle région, à la rubrique « Pourquoi suis-je amoureux de ma Catalogne ? »

Avec quelques amis, voilà quelques années, nous avons acquis une petite vigne entre Banyuls et Cerbère.

Chaque année par une journée d’arrière saison qui s’étire, c’est-à-dire une journée baignée par une douceur que certains météorologues qualifient d’exceptionnelle, mais que mes amis et moi appelons «belle journée », nous effectuons une vendange. Celle-ci ne nous prendra pas plus d’une demi-journée.

Bien entendu, nous ponctuons la matinée d’une bonne demi-heure où nous «esmorzons» (petit-déjeunons). Chacun de nous vante les qualités de son charcutier en offrant aux autres des morceaux de fouet, de tranche de pâté et autre «cambejo » (jambon) qui, accompagnés d’un «Vieille Vigne», nous procurent immédiatement un sentiment de bien-être.

A «migdia» (midi), la vendange terminée, le «grillador» (grilladin) a déjà préparé le feu où nous faisons griller quelques escargots savamment préparés par un groupe de sages qui a quitté la rangée quelques minutes avant le groupe à cet effet. Puis c’est le tour des roustes et du boudin. Quelques verres de «vi» (vin) de chez nous nous aident à nous délecter du moment que nous sommes en train de vivre ensemble.

Après un «cremat» (café arrosé et aromatisé) préparé de main de maître avec, en plus, les pommes de Gérard, nous chantons comme tout au long du repas, (mais là tout notre répertoire d’ «d’havanères» et de chants de «tercera part» (troisième mi-temps) sera interprété).

Certains utilisent pour un moment le pied d’un arbre pour faire une petite sieste réparatrice.

Ensuite nous descendons par un petit sentier jusqu’à une crique où notre «llagut» (barque catalane à rames) portant le merveilleux nom de «patacada» nous attend en nous brandissant son «capillo» (extrémité avant de la barque). C’est le moment de faire une petite balade sur «mare nostrum» (Mer Méditerranée). Une petite heure nous suffit pour partager le plaisir de la rame ponctué par un bain cul nu à l’abri des regards. La remontée en barque, dépourvue volontairement d’échelle de corde, est toujours un grand moment pour nous. Nos fous rires en sont les témoins. Arrivés à notre crique nous remontons notre «llagut» encore tous heureux d’avoir pu remonter dans la barque et la tête pleine d’images de ces corps nus s’extirpant maladroitement de l’eau, en laissant quelques instants notre fierté de côté.

En remontant le sentier, les équipes (de tireurs et pointeurs) commencent à se former. Arrivés à notre coin de paradis, trois pins parasols, (dont je n’ai évoqué plus haut que le pied propice à une bonne sieste), nous offrent une ombre généreuse. Nous nous laissons faire et entamons une petite partie de pétanque pendant laquelle quelques rousquilles se mélangent bien volontiers à un petit muscat. Puis après quelques parties, quelques sardanes sont improvisées sur notre boulodrome paradisiaque.

En fin d’après midi, après quelques histoires drôles, des anecdotes, un cigare pour certains, des souvenirs évoqués sur nos campagnes rugbystiques, la composition et les derniers résultats de L’USAP et des DRAGONS CATALANS, quelques bonnes paroles du genre «si això és guerra, que mai vingui pau» (si ça c’est la guerre, que la paix ne vienne jamais) fusent parmi le groupe.

Nous retournons ensuite à nos maisons respectives non sans savoir qu’encore une fois, nous avons passé une journée extraordinaire et je dirai à mes amis qui en ont pris l’habitude: «encore des moments forts…» en fait je leur dit : «encore une journée de M…»

Voilà pourquoi je suis amoureux du pays catalan, et j’aurais pu vous décrire, une journée à la montagne, une autre aux champignons, une autre en rando VTT ou raquettes, etc… la liste est longue.

Certes l’amitié y est pour beaucoup dans les bons moments passés entre nous, mais c’est un véritable bonheur pour nous que de bénéficier de telles journées, avec pour fil conducteur nos traditions, notre culture, notre cuisine, le tout dans une complicité et une bonne humeur de tous les instants.

Tenim sort … Fabià CANTAGRILL

Nous vous attendons sur le site pour partager avec vous ces mêmes valeurs que nos parents nous ont transmises, qui eux-mêmes les tenaient de leurs parents, et que nous avons commencé à transmettre à nos enfants…

VISCA CATALUNYA !